L’ordre de maman

Maman était très ordrée ; jamais elle ne se couchait sans avoir tout rangé dans la chambre de famille. Elle disait volontiers : «Si on avait un incendie, il ne faudrait pas que les pompiers me traitent de menoye !» (désordrée). Si le dimanche avant de partir à la grand-messe, on avait laissé traîner souliers ou autre chose, on avait bien des chances de les trouver dans son assiette au moment du dîner… La leçon portait ses fruits. On était soumis à cette époque ! La contestation était inconnue.

Laisser un commentaire